Doctolib
Prendre rendez-vous en ligneCliquez ici
HTML content

Informations Coronavirus Covid-19


Pour tout examen, vous êtes prié(e) de vous présenter, dans la mesure du possible, seul(e) à votre rendez-vous, et avec un masque ou à défaut une écharpe vous couvrant le nez et la bouche.

Dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus, nous avons décidé de vous laisser repartir sans commenter vos résultats. Vous pourrez les récupérer via une adresse internet qui vous sera propre et spécifique.

En cas de fièvre, toux, difficultés respiratoires et si vous craignez d'être porteur du coronavirus Covid-19, rester chez vous et contacter votre médecin traitant.

Pour toute information concernant le Covid-19, composez le 0 800 130 000 (appel gratuit depuis un poste fixe) ou connectez-vous à www.gouvernement.fr/info-coronavirus.

Continuez d'adoptez les gestes barrières (lavages soigneux et répétés des mains, utilisation de mouchoirs à usage unique, distance entre personnes d'au moins 1 mètre, pas d'embrassade ni de serrage de mains, etc…).

En fonction de l'évolution de la situation, nous vous communiquerons d'éventuels changements.

Loading color scheme

INFILTRATION PAR LE HIATUS SACROCOCCYGIEN

QU’EST CE QU’UNE INFILTRATION PAR LE HIATUS SACROCOCCYGIEN ?

Il s’agit de réaliser une injection de corticoides dans l’espace épidural , c’est à dire l’espace graisseux du canal rachidien permettant de diminuer l’inflammation de la racine nerveuse irritée par le disque intervertébral qui rentre en contact avec elle. Cette infiltration passe par le hiatus sacrococcygien qui est situé à la partie basse du sacrum.
Le corticoide utilisé est un anti inflammatoire puissant à faible diffusion générale.
Elle est effectuée sous contrôle scanographique, échographique ou radiologique.
C’est un médecin spécialement formé, un radiologue interventionnel, qui réalise l’intervention.

QUELLES SONT LES INDICATIONS D’UNE INFILTRATION PAR LE HIATUS SACROCOCCYGIEN ?

Il s’agit de radiculalgie d’origine lombaire en rapport avec un conflit avec le disque intervertébral , souvent sous la forme d’une hernie. Selon les recommandations actuelles, les douleurs doivent persister au delà de 7 semaines malgré le traitement médical, et en l’absence de déficit neurologique moteur important. Elle peut être effectuée plus rapidement dans le cadre de radiculalgie hyperalgique, c’est à dire résistante aux morphiniques.

Il doit exister une concordance entre les éléments cliniques et l’imagerie en coupe ( IRM ou scanner).
Cette voie d’abord sera utilisée surtout chez les patient aux antécédents chirurgicaux de hernie lombaire par voie d’abord postérieure, en effet l’infiltration épidurale par voie lombaire classique est contre indiquée chez ces patients.

Elle peut également être effectuée dans le cadre de trouble de la marche lié à un canal lombaire rétréci de façon étagée à cause de l’arthrose.

QUELLES SONT LES CONTRE INDICATIONS DE CE GESTE ?

Contre-indications absolues : syndrome de dysfonction plaquettaire, thrombocytopénie critique, instabilité hémodynamique, septicémie, infection locale sur le site de la procédure, prise d’anticoagulant.

Contre-indications relatives : les antiagrégants, l’allergie au produit de contraste iodé.

QUELS SONT LES RISQUES ?

Comme tout geste pénétrant la peau , il existe des risques d’infection et d’hématome. Ces risques sont rares et toutes les précautions recommandées sont prises pour les éviter.
Il peut par contre exister de manière rarissime des risques allergiques au produit de contraste iodé ou au corticoïde utilisé.
Certains patients peuvent également présenter un malaise vagal pendant ou au décours du geste , qui est dans la majorité des cas rapidement résolutif.
Les 48 premières heures après le geste il peut exister une recrudescence des douleurs.
Il peut exister de manière rarissime des effets secondaires liés au produit de contraste iodé et aux corticoides, ils sont énumérés de manière exhaustive sur leur notice. Il peut notamment exister un déséquilibre transitoire de la glycémie chez le patient diabétique.

COMMENT SE PASSE L’INFILTRATION PAR LE HIATUS SACROCOCCYGIEN ?

Préalablement au geste, vous êtes selon les cas convoqués pour une consultation préalable qui permet de valider l’indication du geste avec votre dossier médical, en effet il est primordial de disposer d’un scanner ou d’une IRM lombosacrée de moins de 6 mois montrant le site du conflit et sa nature. On pourra ainsi choisir l’infiltration la plus adaptée au conflit.
Le radiologue opérateur vous expliquera également les modalités techniques et les risques de complications de ce geste.

Avant votre rendez vous, il est nécessaire d’arrêter les anti-agrégants au moins 5 jours avant le geste, en accord avec votre médecin traitant et ou votre cardiologue, si vous avez ce traitement.

Le jour J, il est important de venir accompagné et d’apporter votre dossier d’imagerie et également vos documents administratifs ( carte vitale et carte de mutuelle), votre consentement écrit à la réalisation de cette infiltration et le questionnaire médical rempli précédemment fourni.
Il n’est pas nécessaire d’être à jeun le jour du geste, vous pouvez également prendre votre traitement antalgique.

Puis vous êtes pris en charge par le manipulateur en radiologie, qui vous installera sur la table de radiologie ,d’échographie ou de scanner.Vous êtes installés sur le ventre.
Votre coopération est essentielle, elle contribuera à la rapidité du geste et diminuera les risques de douleurs.

Ensuite on réalise un repérage de la cible de l’infiltration par l’imagerie.
On prépare le matériel, on réalise une désinfection cutanée soigneuse.
Une anesthésie locale du point de ponction est effectuée, puis on introduit l’aiguille dans le hiatus sacrococcygien sous guidage de l’imagerie.
On injecte le produit de contraste iodé. On contrôle sa diffusion avec l’imagerie afin de confirmer la bonne position de l’aiguille et d’éliminer une opacification vasculaire.
Si le contrôle est satisfaisant, on réalise l’infiltration de corticoides associée à une injection de sérum physiologique, 15 ml au maximum sont injectés.
Pendant les injections, les douleurs de radiculalgie peuvent être reproduites.
L'ensemble du geste est réalisé rapidement pour un plus grand confort du patient.

Une fois l’injection terminée , un pansement est mis en place et vous repartez avec votre dossier d’imagerie accompagné d’un compte rendu écrit.
Vous devez prévoir environ 20 minutes en salle. La piqûre en elle même (le moment de l'infiltration) ne dure environ que quelques minutes.

ET APRÈS LE GESTE ?

Au décours du geste, il est possible de ressentir une recrudescence des douleurs les 48 premières heures. Un traitement antalgique peut être pris.
Il est indispensable de maintenir un repos pendant 48 h selon les modalités délivrées par le radiologue opérateur.
L’effet de l’infiltration commence à être ressenti entre 3j et une semaine en moyenne.

COMBIEN D’INJECTIONS SONT NECESSAIRES ?

La réponse au traitement diffère selon les indications , les lésions et les patients. Mais on ne peut dépasser 3 infiltrations en 1 an. Si les infiltrations sont inefficaces, on préconisera un avis spécialisé chirurgical.